« C’est indigne de ne pas soutenir, investir dans l’entreprenariat», Michaelle Jean, Secrétaire générale de la francophonie

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

 

L’Institut de Recherche pour le Développement(IRD) a ouvert ses portes à La Secrétaire générale de la francophonie, Michaelle Jean dans la soirée du 3 mars. Une visite qui s’inscrit dans le renforcement des capacités de partenariat entre les deux entités notamment sur le déploiement des incubateurs dans les pays africains.

Au campus IRD, c’est un accueil chaleureux qui a été réservé à Michaelle Jean. Un accueil qui n’a point laissé indifférente la patronne de l’Organisation Internationale de la Francophonie faisant savoir que sa venue au Burkina Faso et dans l’enceinte du campus IRD n’est pas fortuite. « L’OIF a établi un partenariat stratégique avec l’IRD. Par exemple sur le déploiement d’incubateur que nous engageons dans 12 pays africains et de l’océan Indien. Nous travaillons en collaboration avec l’IRD sur ce dispositif. Il était important pour moi de venir au Burkina Faso et voir ce que l’IRD réalise », explique-t-elle.

 

     L’OIF, un soutien pour l’entreprenariat féminin et des jeunes

Face à la situation calamiteuse du chômage des jeunes, perçu comme un drame, selon la secrétaire générale de la francophonie, il est urgent de soutenir, investir dans l’entreprenariat des jeunes et des femmes. « Ne pas le faire c’est indigne », confie-t-elle. « Nous sommes troublés de voir les jeunes prendre les risques énormes de traverser le désert où souvent ils y laissent leur vie, des expéditions sur la méditerranée devenue un vrai sanctuaire, ce n’est pas possible ni acceptable. Nous ne pouvons pas être indifférentes face à cela », lance Michaelle Jean.

 

C’est pourquoi, elle n’a point hésité à féliciter tous les jeunes et femmes à l’IRD qui ont des initiatives économiques et s’inscrivant dans l’innovation. Pour elle, sa venue à l’IRD n’est pas seulement de voir ces actions sur papier mais de voir l’humain dans la fabrique c'est-à-dire ces jeunes, ces femmes qui développent des produits bio s’inscrivant dans l’innovation, dans l’agro business et de voir concrètement ce que l’appui de l’OIF leur permet de réaliser pour passer à une autre échelle.

 

Du bureau satellite de la fabrique en passant par la salle de lecture, base horizon médiathèque, Michaelle Jean a constaté de visu ce qui est fait réellement dans l’enceinte de l’Institut sous la direction de Jean- Marc Leblanc. Présent à cette visite, le ministre en charge des Enseignements secondaires et de la Recherche scientifique, Alkassoum Maiga confie que le message de la SG de l’OIF est réconfortant.

 

« Dans nos centres de recherche, nos universités, nous avons des incubateurs, et du point de vue de l’innovation il n’y a pas mal de résultats disponibles et ce qu’il faut faire c’est d’aller vers la vulgarisation », rappelle-t-il.

Et de préciser que la visite de Michaelle Jean est une occasion de d’accompagner le Burkina Faso et dire qu’il est dans la bonne dynamique pour aller de l’avant en matière d’innovation.

                                                                Issa KARAMBIRI                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Envoyer a un(e) ami(e)/Imprimer

POSTER UN COMMENTAIRE

Nos Contacts

03 BP 7162 OUAGA 03

Télephone      : +226 25 40 84 76

Mobile            : +226 70 09 74 21

                     : +226 70 69 08 70

Email : info@queenmafa.net

 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la lettre d'information de QUEENMAFA
captcha