banniere web 728x90 copie

Lucie Tiendrebéogo, une mémoire vivante du FESPACO

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

 

Le plus grand rendez-vous du cinéma africain bat son plein à Ouagadougou. Sa réussite est l'œuvre de plusieurs personnes qui travaillent souvent dans l'ombre. Lucie Tiendrebéogo née Sondo, fait partie de celles-ci. Portrait d'une femme exceptionnelle qui consacre sa vie au rayonnement du Cinéma africain.

Elle est incontestablement, la « porte d’entrée » du FESPACO. Elle rencontre probablement beaucoup plus de personnes que tout autre membre du comité d’organisation du festival. Présidente de la commission accréditations et relations publiques depuis 1999, elle a vu plusieurs éditions de la biennale. Cette commission est l’une des plus importantes du Festival. C’est dans celle-ci que le festivalier prend le premier contact avec la biennale.

 

En plein FESPACO, on peut imaginer la grande pression qui pèse sur ses épaules. D’ailleurs nous avons peiné pour lui faire dire mot, encore moins immortaliser son sourire. La dizaine de festivaliers attendant dans son bureau, pour récupérer leurs badges y sont certainement pour quelque chose. « Je suis prise, désolée, je ne donne pas d’interview madame ! » Vous l’aurez compris, elle est au four et au moulin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lucie Kéré, « Un bourreau du travail »

 

C’est le journaliste et l’émérite homme de culture, Baba Hama qui lèvera un coin du voile sur dame Tiendrebéogo. « Lucie, un bourreau du travail », dira celui qui l’a côtoyé au travaille plus d’une dizaine d’année. « Elle peut rester au bureau à des heures tardives pour son travail », nous confie Isabelle Tiendrebéogo, promotionnaire de l’INAFEC et amie de Lucie Tiendrebéogo. Elle aurait même fait un petit accident dû à son travail. Dieu merci, il y’a eu plus de peur que de mal.

 

Et si l’ancien délégué général du FESPACO, Baba Hama a un message particulier à l’endroit de celle qu’il a connu depuis l’école primaire, ce serait lui demander d'écrire un ouvrage sur le festival, car selon lui, elle constitue une des mémoires vivantes du FESPACO, et à ce titre, elle est bien placée pour en parler.

 

Le moins que l'on peut dire est que le cinéma est toute sa vie. Après sa formation à l'Institut Africain d'Études Cinématographiques, (l’INAFEC), Lucie Tiendrebéogo a d'abord travaillé au sein de la radio nationale en tant que journaliste. Elle sera par la suite affectée à la direction régionale de la radio nationale à Koudougou. Quelques années après, elle signe son retour à la radio nationale avant de rejoindre le FESPACO en 1998 où elle est chargée des accréditations et des relations publiques du festival. Elle est depuis lors l'une des chevilles ouvrières de FESPACO, en tant que institution.

 

Isabelle Tiendrébéogo la décrit comme une femme très forte en termes de personnalité, discrète, très humble mais aussi très engagée. Son message à l'endroit de son amie est ceci: « Lucie, tu es une femme merveilleuse et pleine d’humour, je souhaite continuer de te voir de plus en plus souriante et plein de bonheur ».

Lala Kaboré /Dera

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Envoyer a un(e) ami(e)/Imprimer

POSTER UN COMMENTAIRE

Nos Contacts

03 BP 7162 OUAGA 03

Télephone      : +226 25 40 84 76

Mobile            : +226 70 09 74 21

                     : +226 70 69 08 70

Email : info@queenmafa.net

 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la lettre d'information de QUEENMAFA
captcha