banniere web 728x90 copie

Porter le nom de famille du mari : mesdames, vous n’êtes pas obligées !

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Lors de la célébration d’un mariage, il est de coutume d’entendre le maire s’adresser à la nouvelle mariée en l'appelant d'office par le nom de son époux. D’aucuns diront que cela est bien normal car par le mariage, la femme quitte sa famille pour celle de son mari. Il n'y a donc pas de raison quelle garde son nom de famille.

Pour autant, ce n’est pas une obligation comme veut le faire croire certains. Et la loi est claire la dessus. C’est un choix, car la femme peut décider de garder son nom de jeune fille que ce soit pour des raisons professionnelles ou autres.

 

C’est avec fierté que Flore porte le nom de famille de son époux. Depuis ce jour ce 4 décembre 2004, jours de son mariage, plus jamais on ne l’a appelé Sandwidi Flore. Sur tous les actes administratifs, Sandwidi Flore est devenue madame Congo.

 

Toutefois, Flore pouvait garder son nom comme tel, et se faire appeler Madame Sandwidi s'il est le souhaitait. C’est ce que prévoit le code des personnes et de la famille en son article 41: « La femme mariée conserve son nom. Toutefois, il n’est pas dérogé à l’usage en vertu duquel elle porte, dans la vie courante, le nom de son mari.» Toujours dans la même logique, l’article, 42 traites du cas de la femme séparé de corps couple en instance de divorce. Dans le cas d’espèce, la loi permet à la femme séparée de corps de conserver l’usage du nom du mari.

 

Cas de la femme divorcée

L’article 42 stipule que « La femme séparer de corps conserve l’usage du nom du mari. » La femme mariée ou séparer de corps peut également utiliser le nom de son mari dans les actes de la vie courante à savoir le document d’identité, les actes de la vie privée familiale sociale ou professionnelle.

Il faut également spécifier que le nom du mari ne remplace en aucun cas le nom de famille de la femme qui reste valable sur les actes d’état civil à savoir l’acte de naissance le livret de famille ou l’acte de mariage. L’utilisation du nom du mari est donc un choix personnel qui ne peut pas, mesdames, vous en être imposé.

Outre les articles 41 et 42, le code des personnes et de la famille traite d’un troisième cas qui est celui de la femme divorcée. En effet, l’article 43 dit ceci : «Par le divorce, la femme perd l’usage du nom de son mari. Toutefois, elle pourra le conserver, soit avec l’accord du mari, soit sur autorisation du juge si elle justifie qu’un intérêt particulier s’y attache pour elle-même ou pour ses enfants».

 

Utilisation sur les documents officiels

 

Le nom d’usage choisi peut être utilisé dans tous les actes de votre vie privée familiale, sociale ou professionnelle. Lorsque vous en faites la demande, c’est ce nom qui doit être utilisé dans l’administration dans les courriers quelle vous adresse. Si les femmes portent le nom de leur mari avec fierté, peut-on penser qu’un jour, le législateur songe à la possibilité pour le mari de porter le nom de sa femme ?

      

                                                                                              Madeleine Kienou

Partager ce contenu

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Envoyer a un(e) ami(e)/Imprimer

POSTER UN COMMENTAIRE

Nos Contacts

03 BP 7162 OUAGA 03

Télephone      : +226 25 40 84 76

Mobile            : +226 70 09 74 21

                     : +226 70 69 08 70

Email : info@queenmafa.net

 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la lettre d'information de QUEENMAFA
captcha