12e édition PCA : les femmes sous les feux des projecteurs

Date:

Partager

Le comité d’organisation de la 12e édition des Personnalités culturelles de l’Année (PCA) a dévoilé, ce mercredi 6 novembre 2023, les 36 nominés parmi lesquels, on note des femmes. L’évènement se tiendra le 5 janvier 2024, à Ouagadougou.

Les acteurs culturels qui ont marqué de par leurs actions et engagement, le secteur de la culture au Burkina courant 2023 vont être récompensés. Les femmes ne sont pas restées en marge de ce leadership. Ainsi, cinq femmes sont nominées personnalités culturelles de l’année dans différentes catégories à savoir Djamila Warda Barry (Acteur comédien de l’année), Djamila de Londres et Aicha Compaoré (danseuses de l’année) Aïda Rita Zio  (MC de l’année), N’Douonmou Daou (Journaliste de l’année),

Focus sur les femmes

Cette année, le comité d’organisation innove avec des prix spéciaux avec deux femmes nominées, l’artiste Queenzy pour le PCA de l’espoir de Canal+ et Aicha Trembler au niveau du meilleur tube de l’année.

Il s’agit du prix Djata Ilebou constitué des PCA (coup de cœur, meilleur artiste en province, chantre de l’année et PCA du progrès). A cela s’ajoute, entre autres, le prix attribué par le partenaire de l’évènement dénommé PCA de la révélation SankMoney en plus du tube de l’année Sodibo/Brakina.

Le directeur artistique Freeman Tapily  a laissé entendre que le comité a placé la barre, haut dans l’optique de donner plus de visibilité à l’autre moitié du ciel. En effet, 80% de la programmation artistique  sont dédiées aux femmes. Selon le promoteur Hervé David Honla, l’événement promet également une surprise « genre féminine ».

Sous la présidence d’honneur de sa majesté Moogho Naaba Baongo, chef coutumier moagha et le patronage de Emmanuel Ouédraogo, Ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme, l’activité se déroulera sous le thème  de la reconquête.

Source MoussoNews

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...