Amour et sexualité : 150 participants outillés pour aborder ces sujets tabous avec maturité et ouverture d’esprit

Date:

Partager

Le Conseil général des Universités de Ouagadougou (CG-UO) a organisé une activité dénommée « Boussole sociale », ce dimanche 3 décembre 2023. Cette première édition met en lumière des sujets tabous. À travers des communications animées par des spécialistes, les organisateurs entendent contribuer à la fraternisation de la société et à renforcer les capacités pédagogiques des participants.

Environ 150 personnes, de toutes confessions religieuses , ont participé à Boussole sociale. Au menu du jour, trois conférences, dont la première est axée sur « L’épanouissement intime : conseils pratiques pour une vie sexuelle satisfaisante ». Aux platines de cet exposé, la gynécologue-obstétricienne Pr Blandine Thiéba, le médecin spécialiste en urologie andrologie Dr Boukary Kabré et la psychologue Karidia Sinka.

Selon Pr Thiéba, la sexualité suppose l’existence d’un amour, une harmonie et une compréhension dans le couple. C’est pourquoi elle invite les participants à faire preuve de romantisme à travers des paroles douces, des massages, etc. À l’en croire, ces attitudes fortifient davantage l’amour conjugal.

L’urologue- andrologue, Dr Kabré s’est penché sur l’utilisation des substances aphrodisiaques. « Quand on est en bonne santé, on n’a pas besoin de recourir à des substances pour booster sa libido. Le couple, en cas d’éjaculation précoce, doit s’interroger sur le problème en prenant attache avec un spécialiste du domaine », a-t-il clarifié, ajoutant que certaines substances dites secrètes de femmes/hommes impactent la santé humaine.

La psychologue Karidia Sinka a insisté sur l’hygiène des appareils génitaux en général et du vagin en particulier. « Il faut éviter d’utiliser des produits chimiques ou des substances dites naturelles pour nettoyer les organes génitaux. Ils sont équipés d’un système de nettoyage naturel », a recommandé la conseillère conjugale.

Les panélistes de Boussole sociale

Par ailleurs, l’un des messages forts de la journée a été la nécessité de lever le tabou entourant l’amour et la sexualité. Les participants ont été encouragés à aborder ces sujets avec maturité et ouverture d’esprit, soulignant que ces discussions ouvertes sont essentielles pour le progrès social.

Aux yeux des participants, cette première édition de la « Boussole Sociale » est un cadre de discussions franches qui offre des conseils pratiques pour une vie intime épanouissante. Yasminatou Kondogomdé, se réjouit de sa participation. « Je suis mariée. Mais, je n’ai pas reçu ces conseils avant mon mariage. J’ignorais que le vagin n’avait pas besoin de lavage, il faut en prendre soin pour éviter les infections », a-t-elle confié.

Yasminatou Kondogomdé

Les hommes étaient également présents. « Comment appréhender les choses avant et pendant le mariage ? Comment l’acte sexuel doit-il se préparer ? » sont autant de questions que Abdoul Nassirou Porgo se posait bien avant. Il affirme être suffisamment informé ce jour.

Cet événement reflète l’engagement du CG-UO envers une société plus éclairée, où la connaissance, la compréhension et la communication ouverte contribuent à la construction d’une communauté épanouie. Le président du Conseil Général des Universités de Ouagadougou, Bachirou Sana a profité de cette occasion pour lancer un appel aux femmes. « La plupart des thématiques abordées concernent davantage les femmes. Nombre d’elles manquent de véritables informations. C’est pourquoi, nous les invitons à s’intéresser davantage à ces types d’activités qui sont, en réalité, un cadre d’échanges sans tabou », a-t-il déclaré

Arouna Romba

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...