Au Bangladesh, la mention « vierge » va disparaître des certificats de mariage

Date:

Partager

La Cour suprême du pays a ordonné que la mention « vierge » soit supprimée des certificats de mariage musulmans et remplacé par la mention « non mariée ». Une décision historique…C’est un grand pas pour les droits des femmes au Bangladesh. Ce lundi 26 août, la Cour suprême du pays a décidé de retirer la mention « vierge » des certificats de mariage musulmans.

Un jugement qualifié d’important par les organisations qui ont milité pour la suppression de cette disposition « humiliante et discriminatoire ». Jusqu’aujourd’hui, les femmes devaient en effet choisir entre trois options : vierge, veuve ou divorcée. C’est donc maitenant de l’histoire ancienne puisque le terme de « kumari » va être remplacée par l’expression « non mariée », a déclaré à l’AFP le procureur général adjoint Amit Talukder.

Le jugement ordonne également aux autorités d’introduire les mêmes options pour le futur marié sur les certificats. Le texte complet du jugement sera publié d’ici à octobre, et sa mise en application devrait intervenir aussitôt.

Une belle avancée pour les femmes bengalies

« C’est un jugement important », a déclaré lundi à l’AFP Aynun Nahar Siddiqua, avocat des organisations qui avaient saisi dès 2014 la juridiction la plus haute du Bangladesh pour faire retirer cette disposition. Pour lui, cette décision est tout simplement historique pour le pays. « Cette décision nous donne la conviction que nous pouvons nous battre afin de faire avancer les droits des femmes à l’avenir. », a-t-il ajouté.

Les organisations de défense des droits humains  estiment que l’obligation de préciser si la mariée est vierge ou non, figurant sur les certificats de mariage depuis qu’ils ont été introduits en 1961 porte atteinte à la vie privée de la femme qui se marie. Près de 90 % des 168 millions d’habitants du Bangladesh sont musulmans.

Source : aufeminin.com

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...