Ailleurs sur le web

Soudan du Sud : le viol comme rémunération

L’Organisation des Nations Unies a publié un rapport accablant vendredi 11 mars 2016 sur le Soudan du Sud. Il révèle que des soldats du gouvernement ont été autorisés à violer des femmes en guise de salaire.


L’Organisation des Nations Unies a publié un rapport accablant vendredi 11 mars 2016 sur le Soudan du Sud. Il révèle que des soldats du gouvernement ont été autorisés à violer des femmes en guise de salaire.

L’ONU a fait une révélation des plus choquantes concernant la situation des droits de l’homme et surtout des droits des femmes au Soudan du Sud. Le pays, en proie à la guerre civile depuis décembre 2013, a fait l’objet d’un rapport révoltant.
Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a confirmé l’inacceptable : les soldats combattants, alliés du gouvernement, sont autorisés à violer les femmes, ce crime étant considéré comme un salaire. Révoltant. Zeid Ra’ad Al Hussein a précisé : « L’échelle et le type de violences sexuelles – qui sont principalement le fait des forces gouvernementales et des milices qui leur sont affiliées – sont décrits avec des détails épouvantables et dévastateurs. »
Les femmes sont souillées par le viol, en plus du sort atroce que réservent les bourreaux aux civils qu’ils asphyxient dans des conteneurs, découpent ou brûlent vifs. Le Haut Commissaire poursuit : « Il s’agit d’une situation des droits de l’Homme parmi lesplus horribles dans le monde, avec une utilisation massive du viol comme instrument de terreur et comme arme de guerre. »
Il est plus que temps de tirer la sonnette d’alarme pour stopper ces actes de barbarie, qui ne résultent pas « d’opérations de combat, mais d’attaques délibérées« , qualifiées de « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » par l’ONU.Lire la suite

L’origine des fausses couches à répétition enfin découverte

Les fausses couches sont un phénomène bien plus fréquent qu’il n’y parait. Environ 20% des femmes en sont touchés durant leur grossesse. Les chercheurs de l’université de Warwick se sont penchés sur l’origine des fausses couches, encore méconnue à ce jour.


Les fausses couches sont un phénomène bien plus fréquent qu’il n’y parait. Environ 20% des femmesen sont touchés durant leur grossesse. Les chercheurs de l’université de Warwick se sont penchés sur l’origine des fausses couches, encore méconnue à ce jour.

Selon le Guardian, les scientifiques ont examiné les parois de l’utérus de 183 femmes ayant subis des fausses couches à plusieurs reprises. Ils ont découvert qu’elles découlent d’un manque de cellules souches dans la paroi utérine. Ce déficit de cellules accélère le vieillissement de l’utérus et par conséquent, empêche la grossesse d’être menée à terme.

Le défi reste de trouver des solutions pour augmenter le nombre de cellules souches dans la muqueuse de l’utérus… Soit grâce à des interventions, ou des médicaments . Les chercheurs veulent également améliorer les dépistages capables de prévenir les fausses couches.Lire la suite

Découverte d’une grenouille aux sourcils jaunes

Une nouvelle espèce de grenouille terrestre, aux sourcils jaunes, a été découverte dans la cordillère andine orientale de Colombie, a annoncé mardi 8 mars 2016 l’Institut Humboldt, qui travaille en collaboration avec le ministère de l’Environnement. « Une nouvelle grenouille terrestre, la Pristimantis macrummendozai, vit dans les paramos du complexe Iguaque Merchán, au nord de la municipalité d’Arcabuco (département de Boyaca, centre)« , a précisé l’institut dans un communiqué. Les paramos sont une sorte de lande humide de montagnes que l’on trouve dans la Cordillère des Andes, à la limite des forêts et des neiges éternelles.


Une nouvelle espèce de grenouille terrestre, aux sourcils jaunes, a été découverte dans la cordillère andine orientale de Colombie, a annoncé mardi 8 mars 2016 l’Institut Humboldt, qui travaille en collaboration avec le ministère de l’Environnement. « Une nouvelle grenouille terrestre, la Pristimantis macrummendozai, vit dans les paramos du complexe Iguaque Merchán, au nord de la municipalité d’Arcabuco (département de Boyaca, centre)« , a précisé l’institut dans un communiqué. Les paramos sont une sorte de lande humide de montagnes que l’on trouve dans la Cordillère des Andes, à la limite des forêts et des neiges éternelles.

Un maquillage parfait

Selon les chercheurs qui l’ont découvert, ce batracien présente une peau à plis qui retiennent l’humidité et une couleur foncée qui lui permet de se confondre avec le sol rocheux de cette zone montagneuse. « À la différence d’autres espèces, la Pristimantis macrummendozai profite de l’humidité des paramos pour déposer ses œufs dans la terre et ainsi se reproduire« , ajoute le communiqué. Il précise que les pattes avant de cette grenouille sont en outre munies de coussins similaires à du velcro qui permettent au mâle de retenir la femelle au moment de l’accouplement. L’Institut Humboldt précise qu’avec cette découverte, il y a désormais 10 espèces de grenouilles répertoriées dans les zones de haute montagne de la cordillère orientale, qui compte 16 complexes de paramos tels que Chingaza, Santurban, Almorzadero, Cundinamarca, Guantiva–La Rusia, Tota–Bijagual–Mapamacha, Pisba, Cruz Verde–Sumapaz, entre autres. « Au niveau mondial, ce type de découverte situe la Colombie parmi les cinq pays les plus bio-diversifiés« , a déclaré Andrés Acosta, curateur des Collections biologiques de l’Intitut Humboldt, cité dans le communiqué.Lire la suite

Un maquillage parfait

Selon les chercheurs qui l’ont découvert, ce batracien présente une peau à plis qui retiennent l’humidité et une couleur foncée qui lui permet de se confondre avec le sol rocheux de cette zone montagneuse. « À la différence d’autres espèces, la Pristimantis macrummendozai profite de l’humidité des paramos pour déposer ses œufs dans la terre et ainsi se reproduire« , ajoute le communiqué. Il précise que les pattes avant de cette grenouille sont en outre munies de coussins similaires à du velcro qui permettent au mâle de retenir la femelle au moment de l’accouplement. L’Institut Humboldt précise qu’avec cette découverte, il y a désormais 10 espèces de grenouilles répertoriées dans les zones de haute montagne de la cordillère orientale, qui compte 16 complexes de paramos tels que Chingaza, Santurban, Almorzadero, Cundinamarca, Guantiva–La Rusia, Tota–Bijagual–Mapamacha, Pisba, Cruz Verde–Sumapaz, entre autres. « Au niveau mondial, ce type de découverte situe la Colombie parmi les cinq pays les plus bio-diversifiés« , a déclaré Andrés Acosta, curateur des Collections biologiques de l’Intitut Humboldt, cité dans le communiqué.Lire la suite

Une sélection musicale idéale pour aider les femmes à accoucher

Incroyable mais vrai : un médecin américain vient de publier « la » playlist idéale pour faciliter l’accouchement. Au programme : 30 titres réconfortants, entraînants et rassurants.


Incroyable mais vrai : un médecin américain vient de publier « la » playlist idéale pour faciliter l’accouchement. Au programme : 30 titres réconfortants, entraînants et rassurants.


On connaissait déjà les playlists pour faire du running , du yoga, de la sophrologie ou du fitness en salle. Plus insolite, voici maintenant une playlist pour… accoucher ! Élaborée par le Dr. Jacques Moritz, un gynécologue-obstétricien de New-York (États-Unis), elle est composée de 30 musiques.


L’objectif ? Faciliter l’ accouchement et (accessoirement) faire passer un moins mauvais moment à la future maman… « Il a été démontré que la musique stimulait le système limbique, qui est une partie du système nerveux central et qui se compose notamment du thalamus, de l’hippocampe, de l’amygdale et de l’hypothalamus, explique le Dr. Jacques Moritz, interrogé par nos confrères du journal américain New-York Daily News . Concrètement, cela signifie que la musique participe à la régulation des émotions : elle a un impact sur notre peur et notre perception de la douleur. »


La playlist n’a pas été composée au hasard : elle commence par des titres empreints de sérénité (pour débuter le travail en douceur et favoriser la relaxation ), puis le rythme s’accélère sensiblement (au moment de la poussée, pour accompagner les contractions et l’effort) avant de revenir au calme (pour souligner la délivrance). « Dans les hôpitaux, il y a souvent du bruit, et cela peut-être déconcertant, voire franchement désagréable pour la future maman, ajoute le médecin. De plus, j’ai observé que 70 % de mes patientes préféraient accoucher avec de la musique. »Lire la suite

Irak : elles défient les traditions en ouvrant un restaurant

Trois Irakiennes ont décidé de braver l’interdit en ouvrant un restaurant accessible à tous dans le nord de l’Irak.Naska Nassredin, Sairan Raeuf et Awas Hissam sont des femmes courageuses. Originaires du Kurdistan irakien, elles ont été contraintes dans les années 90 de fuir le régime de Saddam Hussein qui persécutait leur communauté. Elles sont donc venues s’installer au nord de l’Irak, à Sulaymaniyah.


Trois Irakiennes ont décidé de braver l’interdit en ouvrant un restaurant accessible à tous dans le nord de l’Irak.Naska Nassredin, Sairan Raeuf et Awas Hissam sont des femmes courageuses. Originaires du Kurdistan irakien, elles ont été contraintes dans les années 90 de fuir le régime de Saddam Hussein qui persécutait leur communauté. Elles sont donc venues s’installer au nord de l’Irak, à Sulaymaniyah.


Naska Nassredin, la propriétaire du restaurant, a décidé d’ouvrir ce commerce pour fuir le quotidien qui se résume pour les femmes irakiennes, contraintes par le traditionalisme de cette société patriarcale, à rester chez elles. Mais voilà : Naska Nassredin n’est pas mariée et ne l’entend pas de cette oreille. Elle s’est entourée de deux partenaires, Sairan Raeuf et Awas Hissam, qui avaient besoin de gagner de l’argent pour soutenir leur famille. Elles ont toutes les trois ouvert le restaurant Three Sisters. Cette décision n’était pas évidente au départ, comme le raconte la patronne au journal The Telegraph : « Pour une femme, c’est honteux d’ouvrir un restaurant. Mais je me moquais de ce que pensaient les gens, je voulais être plus indépendante« .
Depuis l’ouverture au mois de décembre, l’endroit est majoritairement fréquenté par des hommes qui soutiennent leur projet. Three Sisters est devenu un lieu de rencontre, de convivialité et d’échanges.Lire la suite

Le Bénin décrète la gratuité de l’école pour les jeunes filles jusqu’au lycée

Le gouvernement béninois a décrété la gratuité de l’enseignement des jeunes filles du second cycle des Lycées et collèges publics du pays. Cette même initiative en expérimentation depuis 2013 de la 6ème en 3ème des Lycées et collèges publics du Bénin, a coûté annuellement 4,5 milliards de franc CFA. La décision du gouvernement Béninois d’élargir cette mesure au lycée couterait 3,2 milliards de franc CFA en plus , pour chaque année académique, selon un communiqué gouvernemental.


Le gouvernement béninois a décrété la gratuité de l’enseignement des jeunes filles du second cycle des Lycées et collèges publics du pays. Cette même initiative en expérimentation depuis 2013 de la 6ème en 3ème des Lycées et collèges publics du Bénin, a coûté annuellement 4,5 milliards de franc CFA. La décision du gouvernement Béninois d’élargir cette mesure au lycée couterait 3,2 milliards de franc CFA en plus , pour chaque année académique, selon un communiqué gouvernemental.

A travers ces efforts financiers, le gouvernement béninois veut montrer la place de la femme au sein de la famille et de la société, souligne ledit communiqué.Le système éducatif béninois, en effet, est caractérisé par la déscolarisation des filles. A ce sujet, les acteurs du système éducatif estiment que la pauvreté constitue la première cause de cette situation« Certains parents manquent souvent de moyens pour inscrire leurs enfants à l’école et supporter les charges scolaires », a confié Justine Bossou, inspectrice des enseignements secondaires au Bénin.

Les coûts devenant plus importants, au fil du cursus scolaire, bon nombre de parents d’élèves, éprouvent du mal à supporter les charges, poussant leurs filles à quitter les bancs.Comme acquis de la décision gouvernementale de rendre gratuit l’enseignement des filles au secondaire des lycées et collèges du pays, Mme Bossou, estime que la scolarisation des filles aura une incidence sur la baisse de la fécondité.

« A quelques exceptions près, l’augmentation du niveau d’instruction et la baisse de l’analphabétisme s’accompagnent de la baisse du nombre d’enfants par femme, les femmes instruites ayant tendance à se marier plus tard et à utiliser davantage les moyens de contraception », a-t-elle expliqué

De même, a-t-elle poursuivi, la scolarisation des filles aura par ailleurs un impact important sur le succès des programmes de lutte contre la pauvreté et de développement équitable et durable.« Outre les retombées économiques liées au niveau d’instruction (opportunités d’emploi et de revenu), la scolarisation féminine contribue à changer les attitudes face aux conditions sociologiques et psychologiques qui font perdurer la pauvreté », a-t-elle révélé.

En savoir plus

Népal : une femme élue présidente pour la première fois

Le Parlement du Népal a élu Bidhy Bhandary à la présidence du pays. La communiste devient la première femme à accéder à cette fonction. Bidhya Bhandary a été élue présidente de la République démocratique fédérale du Népal par le Parlement du pays. Celle qui est la vice-présidente du parti communiste népalais (marxiste-léniniste, unifié), devient ainsi la première femme à gouverner cette nation de 28 millions d’habitants. Cette ancienne ministre, en charge du portefeuille de la Défense a battu son concurrent Kul Bahadur Gurung à 327 voix contre 214.


Le Parlement du Népal a élu Bidhy Bhandary à la présidence du pays. La communiste devient la première femme à accéder à cette fonction. Bidhya Bhandary a été élue présidente de la République démocratique fédérale du Népal par le Parlement du pays. Celle qui est la vice-présidente du parti communiste népalais (marxiste-léniniste, unifié), devient ainsi la première femme à gouverner cette nation de 28 millions d’habitants. Cette ancienne ministre, en charge du portefeuille de la Défense a battu son concurrent Kul Bahadur Gurung à 327 voix contre 214.

Elle prend ainsi la succession de Ram Baran Yadav, qui est devenu en 2008,  le premier présidentélu dans le pays asiatique depuis la chute de la monarchie hindoue, qui régnait depuis plus de 200 ans. Bidhya Bhandary a une longue carrière politique à son actif qui a commencée à la fin des années 1970. A l’époque, elle faisait partie d’un syndicat étudiant de gauche. Dix ans plus tard, elle a intégré le Parti communiste et en est devenue une figure politique importante, après la mort de son mari, chef du parti d’extrême-gauche en 1993. L’année d’après, elle a été élue députée de Katmandu, capitale politique et religieuse du Népal.  « Certains pourraient dire qu’elle n’est pas la personne la plus féministe à devenir président », a déclaré Guna Raj Luitel, rédacteur en chef du quotidien népalais Nagarik Daily. « Mais elle est une femme célibataire (veuve et mère de deux enfants, ndlr) dans une société dominée par les hommes qui a fait un sacré parcours en politique et c’est assez louable », a-t-il ajouté.Lire la suite

L’Iran instaure des quotas anti-femmes dans la fonction publique

En Iran, l’égalité des sexes, ce n’est pas encore pour demain. Alors que les femmes sont déjà durement touchées par le chômage dans le pays, une nouvelle décision du gouvernement du président Hassan Rohani va d’autant plus aggraver la situation. Selon Courrier International qui a rapporté l’information cette semaine, il aurait en effet décidé d’instaurer des quotas qui permettent d’exclure la gent féminine dans le domaine de la fonction publique.


En Iran, l’égalité des sexes, ce n’est pas encore pour demain. Alors que les femmes sont déjà durement touchées par le chômage dans le pays, une nouvelle décision du gouvernement du président Hassan Rohani va d’autant plus aggraver la situation. Selon Courrier International qui a rapporté l’information cette semaine, il aurait en effet décidé d’instaurer des quotas qui permettent d’exclure la gent féminine dans le domaine de la fonction publique.

Le site révèle que sur tous les postes qui seront à pourvoir cette année à l’issu de l’examen du ministère de l’Education, seulement 10% seront attribués à des femmes. Et ce, peu importe les résultats. Comme le rapporte Al-Monitor, c’est à Téhéran que l’impact est le plus fort. Sur les 190 futurs emplois du ministère de l’Education, six à peine pourront revenir à des femmes.

Cette décision n’a pas été prise du jour au lendemain. On apprend qu’en février déjà, le responsable de la recherche du ministère avait fait des déclarations pour le moins aberrantes. Selon lui, la présence de femmes enseignantes dans les écoles élémentaires favoriserait le développement d’un « comportement féminin » chez les jeunes garçons.

Pas que dans l’éducation

Selon Al-Monitor, ce phénomène ne concernerait pas seulement le domaine de l’éducation. Un autre exemple a été observé il y a trois mois, lors d’un autre examen. Sur les 2800 postes disponibles au sein de 18 organisations gouvernementales, seulement 16 ont été créés pour des femmes, et 500 accessibles pour les deux sexes. Tous les autres étaient exclusivement réservés aux hommes.

​La vice-ministre iranienne de la Femme et des affaires familiales, Shahindokht Molaverdi, avait expliqué au cours d’une interview il y a quelques semaines qu’elle était en discussion avec les autorités pour revoir les quotas de genre. Dans un même temps, une déclaration contre les discriminations entre les sexes avait été signée par des centaines de militants pour les droits des femmes. Mais toutes ces actions ont malheureusement échoué.Lire la suite

Le discours du Président du Faso à la cérémonie d’hommage aux victimes de l’attaque du 15 janvier

Une fois de plus, la Nation burkinabè est en deuil, frappée cette fois-ci de manière horrible et aveugle, par des attaques terroristes.En effet, le 15 janvier courant, à Ouagadougou, à l’Hôtel Splendide et au café Cappuccino, et près de Tin-Akoff, dans le secteur d’Ina Bao, dans l’Oudalan, des attaques terroristes d’une ampleur inédite ont plongé le Burkina Faso et le monde entier dans la consternation.


Une fois de plus, la Nation burkinabè est en deuil, frappée cette fois-ci de manière horrible et aveugle, par des attaques terroristes.En effet, le 15 janvier courant, à Ouagadougou, à l’Hôtel Splendide et au café Cappuccino, et près de Tin-Akoff, dans le secteur d’Ina Bao, dans l’Oudalan, des attaques terroristes d’une ampleur inédite ont plongé le Burkina Faso et le monde entier dans la consternation.

Au total, ces deux attaques terroristes auront fait 32 morts de 11 nationalités et 71 blessés auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement.Au nom du Peuple burkinabè, et à mon nom personnel, je présente les condoléances de la Nation durement éprouvée à toutes les familles des victimes de ces drames.

Mesdames et Messieurs

Faut-il rappeler qu’au cours de ces derniers mois, le Burkina Faso a été éprouvé par des événements tragiques et sanglants qui ont infligé à notre pays de nombreuses pertes en vies humaines. Il en est ainsi de l’enlèvement d’un expatrié à Tambao, des attaques terroristes à Samorogoan, à Tin-Akoff, et à Ouagadougou.La dernière attaque terroriste n’a d’autre but que de semer la terreur et la panique, et d’empêcher les efforts de développement du Burkina Faso, dans la paix, la démocratie et la stabilité.

L’ampleur inégalée de ces actes criminels et aveugles, destinées à tuer des personnes innocentes, traduit la volonté des terroristes d’imposer leur loi à notre Peuple et de l’empêcher de construire son bonheur. C’est mal connaitre le Peuple burkinabè qui n’a jamais marchandé son honneur depuis la nuit des temps et ne s’est jamais plié ni résigné devant ses ennemis. Face à ce nouveau défi, il se mobilisera comme un seul homme pour opposer une défaite cinglante aux entreprises terroristes sur notre sol national.

En dépit de la grandeur de la douleur, nous ne devons céder à aucune pression. La vie humaine est sacrée pour être ôtée aussi sauvagement par des individus aux valeurs amorales d’une époque damnée. C’est pourquoi, nous devons montrer notre engagement déterminé et indéfectible à vivre dans un Burkina Faso de paix, de démocratie et de progrès économique et social.

Distinguées personnalités

Mesdames et Messieurs les Représentants des familles des victimes

Chers compatriotes

C’est au prix du sacrifice suprême que notre peuple a chèrement arraché et défendu jusque-là ses acquis démocratiques, à travers notamment, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance populaire contre le putsch du 16 septembre 2015. Avec la leçon de courage et de démocratie que notre peuple a montrée au monde entier, couronnée par le succès des élections présidentielle et législatives du 29 novembre 2015, le Peuple burkinabè est plus que jamais debout pour défendre son honneur et sa dignité et pour faire respecter son indépendance et sa liberté contre toutes les forces rétrogrades qui tenteraient de lui imposer leur diktat.

Pendant que nous pleurons les morts des attaques terroristes, des soldats récalcitrants de l’ex-RSP, nostalgiques d’un passé à jamais révolu ont attaqué le dépôt d’armes et de munitions de Yimdi, tandis que des individus non encore identifiés se livrent à des incendies dans des marchés et boutiques, montrant à souhait leur nature d’apatrides et d’ennemis jurés du Peuple burkinabè.C’est pourquoi, nous ferons preuve de fermeté vis-à-vis de ces sinistres individus sans foi ni loi.

Distinguées personnalités

Chers Compatriotes

Mesdames et Messieurs

En ces moments particulièrement difficiles pour la sécurité, la paix et la tranquillité publique, où nos ennemis extérieurs et intérieurs conjuguent leurs efforts pour plonger le pays dans les ténèbres, je voudrais inviter à la lucidité et au discernement dans le combat que nous devons mener et gagner contre les terroristes de tous bords.

Partout, sur l’ensemble du territoire national, j’invite les populations à se mobiliser, à s’organiser pour prêter mains fortes à nos forces de défense et de sécurité et à dénoncer immédiatement toute personne ou attitude suspecte à la police et à la gendarmerie.Chacune et chacun de nous, et tous ensemble, nous devons être les artisans de notre sécurité individuelle et collective.C’est le lieu pour moi d’adresser nos félicitations à nos populations et à nos forces de défense et de sécurité dont la bonne collaboration a permis de procéder à l’arrestation d’un certain nombre d’assaillants parmi les ex-RSP en fuite.

Mes félicitations vont également à l’endroit du personnel de santé dont le professionnalisme et le dévouement ont permis d’apporter l’assistance et les soins appropriés à tous les blessés des barbaries de ces derniers jours. Merci aux autorités coutumières et religieuses pour leur solidarité et leurs prières en faveur de la paix au Burkina Faso.

S’agissant du couple Elliot, ces deux otages australiens enlevés par des ravisseurs dans la nuit du 15 au 16 janvier courant à Djibo, je voudrais rassurer leurs familles, leurs proches ainsi que le gouvernement australien que tout est mis en œuvre, de concert avec nos pays voisins et amis du Mali, du Niger et nos partenaires étrangers pour les retrouver.

Pour clore mon propos, dois-je rappeler que le défi de la paix et de la sécurité que nous devons relever est grand. Ce sera une lutte de chaque instant. C’est pourquoi, nous devons construire un front uni et efficace au plan interne, sous-région al et international pour apporter la riposte appropriée à toutes les forces du mal qui veulent déstabiliser nos pays.

C’est en restant debout, déterminés, vigilants et sans aucune concession au terrorisme que nous rendrons le meilleur hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont été fauchés si atrocement à la vie lors de ces attaques meurtrières.

Le Burkina Faso sortira encore vainqueur de ce combat, par la grâce de Dieu et la détermination de son Peuple.

Partout où les victimes seront inhumées, que la terre leur soit légère.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso

JE VOUS REMERCIE !

Pesticides et pilule contraceptive, un cocktail dangereux pour les femmes

Des chercheurs français viennent de mettre au jour le processus moléculaire de l' »effet cocktail » lié à l’exposition aux perturbateurs endocriniens.Une enquête menée  par l’association générations futures,    parue en mars dernier, révélait que « la contamination des femmes en âge d’avoir des enfants est généralisée ».


Des chercheurs français viennent de mettre au jour le processus moléculaire de l' »effet cocktail » lié à l’exposition aux perturbateurs endocriniens.Une enquête menée  par l’association générations futures,    parue en mars dernier, révélait que « la contamination des femmes en âge d’avoir des enfants est généralisée ».

Ils sont partout autour de nous. Dans notre alimentation, à cause de l’usage des pesticides, dans les cosmétiques ou encore dans certains médicaments, comme la pilule contraceptive. Des substances polluantes provenant de l’activité humaine qui, lorsqu’elles sont mélangées, peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. C’est justement le mécanisme de cet « effet cocktail » qui a été élucidé ne équipe de chercheurs français, dont les résultats seront publiés prochainement dans la revue Nature Communications.

Si la plupart du temps ces substances sont inoffensives lorsqu’elles sont absorbées de manière isolée, l’association de ces perturbateurs endocriniens a pour effet d’augmenter leur toxicité. Les conséquences ? Des altérations physiologiques ou métaboliques conduisant à des cancers, de l’obésité ou du diabète.

Œstrogènes et pesticides, un cocktail à haut risque

Mais ce mécanisme restait incompris jusqu’à maintenant. Des chercheurs de l’Inserm et du CNRS à Montpellier sont parvenus à décrypter au cours d’une expérience « in vitro », c’est-à-dire en dehors d’un organisme vivant, le processus moléculaire qui pourrait contribuer à l’effet.

- Advertisement -spot_img

Latest News

Comment bien calculer sa période d’ovulation?

 Lorsqu'on souhaite tomber enceinte, il y a des périodes  propices pour cela. Cette période dite de fécondité doit aussi...
- Advertisement -spot_img