Certification de la viande de volaille et de bovin : « Coq du Faso », 1er produit certifié au Burkina

Date:

Partager

Elaborer des normes concernant la viande et certains produits certifiés. C’est l’objectif qui a réuni les différents acteurs de la filière viande au cours d’un atelier le 21 décembre. Cette rencontre a permis de présenter le premier produit certifié de l’élevage.

« Pour que les produits puissent vraiment servir, ils doivent être certifiés », a confié le coordonnateur national du programme de croissance économique du secteur agricole François Guira.

C’est pourquoi il a expliqué qu’au terme d’un test pilote, un produit, le tout premier du secteur de l’élevage  a été certifié en l’occurrence le produit « coq du Faso » de la charcuterie moderne du Burkina.

Pour parvenir à cette certification, la structure a bénéficié de leur accompagnement afin de susciter d’autres à s’engager. «  Nous élaborons des normes qui sont des réglementations générales  mais le volet certification relève de chaque entreprise », a-t-il dit.

François Guira a expliqué en outre qu’un accompagnement est aussi fait dans une  démarche de qualité afin que les produits soient conformes à l’hygiène alimentaire et conforme pour l’exportation des produits.

« Les acteurs ont de belles idées, ils veulent s’engager cependant, si les produits ne sont pas certifiés, ils ne pourront pas être exportés et c’est dans ce cadre que leur contribution apportée s’avère nécessaire »,

« Coq du Faso », premier produit de l’élevage certifié

Très satisfait de cette certification, le directeur général de la charcuterie moderne du Burkina, Nougtara Boukari a déclaré que la certification qui est une nouvelle voie  lui  permettra d’exporter aisément ses produits. Et d’ajouter que cela  renforcera la  confiance entre eux et leurs clients.

Ce programme est Co financé par le royaume du Danemark et l’Etat Burkinabè à hauteur de 41 milliards de FCFA dont 33.4 milliards pour la contribution du royaume de Danemark.

Ce financement a pour objectif principal d’augmenter la productivité, les valeurs ajoutées en contribuant à l’augmentation des revenus en vue d’une réduction de la pauvreté avec quatre sous composantes essentielles.

Ces composantes se répartissent dans des domaines comme l’apport d’appui direct aux entreprises agricoles en vue de promouvoir ce secteur avec pour objectif l’accès au crédit, le développement des filières, d’infrastructures au niveau des régions et particulièrement pour la filière bétail.

Les normes sont une réglementation générale indiquant comment le produit fini doit être propice pour la consommation.

                                                                                Téné Bénédicte OUEDRAOGO

                                                                                              Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Secours d’urgence 2024 : 95 millions  FCFA pour soutenir plus de 3,5 millions de déplacés internes

Il s'est tenue, ce mardi 27 février 2024 à Ouagadougou, la session extraordinaire 2024 du Conseil national de...

Coopération multilatérale : La cheffe de mission de l’OIM au Burkina Faso échange avec le chef de la diplomatie burkinabè

La cheffe de mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Aissatou Guisse Kaspar, a été reçu en...

Guinée : La tik tokeuse burkinabé Djamila Diallo présente à la rencontre des influenceurs

La 4e édition de la soirée de rencontre des influenceurs en Guinée ou encore soirée Tik Tok, organisée...

France : Pas de congé pour les femmes en cas de règles douloureuses  

Le groupe socialiste au Sénat a échoué,  ce  jeudi 15 février 2024, à faire adopter un texte instaurant...