Congés scolaires : les filles n’oublient pas leurs cahiers

Date:

Partager

Ce vendredi 05 janvier 2024, les élèves ont repris le chemin de l’école après les congés du premier trimestre au Burkina Faso. A quoi ont servi ces congés? Une équipe de Queen Mafa a recueilli les propos des élèves et des parents, à  Ouagadougou.

Les congés du premier trimestre ont coïncidé avec les fêtes de fin d’année, la noël et le nouvel an. Dix jours au cours desquels, chaque élève a mis à profit, ce temps de repos.

Nafissatou Zongo, élève

Élève en classe de 5ème au lycée privée Nerwata, Nafissatou Zongo a aidé sa mère, commerçante au grand marché (Roodwoko) de Ouagadougou. « Elle vend des perles en gros et j’ai profité lui apporter un coup de main. Sinon, je n’ai pas fêté parce que ma religion ne me l’autorise pas », a-t-elle confié.

Adjaratou Ouédraogo, élève

Adjaratou Ouédraogo est une élève en classe de 3e au lycée départemental de Tanghin.  Les congés lui ont permis de voyager à Dori par convoi pour rendre visite à sa tante, commerçante.

« J’ai vendu dans la boutique de ma tante pendant les congés. Mais, j’ai aussi bossé car en partant, j’ai amené mes cahiers avec moi. Donc, je révisais la nuit et je vendais dans la journée à la boutique », a-t-elle déclaré.

Marie Reine Kiemtoré, élève

Tout comme ses prédécesseurs, les congés de Marie Reine Kiemtoré, élève au Centre polytechnique professionnel (CPFP) ne sont pas synonymes de repos.

Avec une composition à venir ce 15 janvier 2024, elle dit passer tout son temps à réviser pour mieux affronter son examen.

« J’avais des heures de travaux ménagers et des heures de révisions. Je fais le nettoyage, la cuisine en préparant souvent du riz, du tôt.. et à partir de 16 h, je prends mes cahiers. Soit je révise, soit je fais des exercices », informe-t-elle.

Quand Marie Reine Kiemtoré révise ses cours pendant les congés, elle reçoit les encouragements de la part de ses parents. « Ils m’ont déjà dit que la vie n’est pas facile certes, mais chacun est maître de sa vie.  Et c’est à moi de voir. Sinon, ils font de leur mieux pour m’encourager », a-t-elle expliqué.


Lire aussi : Glwadys Ilboudo, la jeune fille-mère qui rêve de devenir chirurgienne


 

Les congés, une pause scolaire au goût des parents

Dame Saïbatou Ilboudo est mère de quatre élèves dont deux en classe de première, un au CM2 et un autre au CP1. Selon elle, ses enfants révisent, l’aide dans les travaux ménagers et dans ses activités pendant les congés.

« Ceux qui sont grands font la vaisselle, la lessive et révisent leurs cours sans qu’on ne leur dise rien. Par contre, pour les petits il faut leur rappeler afin qu’ils prennent conscience », a-t-elle confié.

Saïbatou Ilboudo

Saïbatou demande aux parents d’élèves, d’apprendre aux enfants à faire des travaux ménagers et ne pas uniquement s’appuyer sur les études. « Ce que tu fais comme activité, tu dois les initier et leur apprendre à faire la cuisine pour qu’ils puissent t’aider », recommande Saïbatou.

Elle a salué la détermination de ses enfants pendant les congés. Grâce à mes enfants, reconnaît-t-elle, je ne fais plus la cuisine, la lessive et ils m’aident dans mon commerce.

Contrairement à Dame Saïbatou Ilboudo, Ali Cissé n’a pas bénéficié de l’aide de sa fille pendant les congés.

Ali Cissé, tailleur

Père de Assia Cissé, une élève en classe de CE1, il a signifié que sa fille, vu son âge, n’a rien fait de particulier. « Elle est restée à la maison pendant les congés. Mais, je n’ai cessé de lui prodiguer des conseils même si elle est encore petite. Vous voyez où va le monde ! Du coup, j’ai abordé avec elle,  des sujets sur sa future vie», a affirmé le père de la petite Assia.

 Pour lui, cela va lui permettre de se rendre compte qu’elle sera grande un jour afin de pouvoir prendre soin d’elle-même. Si je la laisse comme ça, explique-t-il, sans souvent la conseiller, ce n’est pas du tout bien et les congés ont été une de ces opportunités.

Il n’est pas sans message à l’endroit de tous les parents d’élèves. « Un enfant ne s’éduque pas, à travers le silence. C’est vrai qu’il y a des enfants têtus. Mais, il faut quand-même fournir d’efforts. Si vous vous taisez, c’est compliqué. Donc, je demande aux parents de souvent communiquer avec les enfants », a-t-il exhorté.

Abdoulaye Ouédraogo

Rachel Valérie Ouédraogo

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Burkina Faso : La ministre en charge de la Femme tchadienne rend hommage aux tisseuses de l’UAP – GODE

La ministre d'État, ministre de la Femme et de la Petite enfance du Tchad, Amina Priscille Longoh, a...

Centre-Est :  le 08 mars s’annonce souriant pour les femmes

Une équipe de la Direction régionale de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre...

“Mots et Maux de femme”, votre nouvelle rubrique à partir du vendredi 4 mars

“Mots et Maux de femme”,  un titre qui évoque la puissance des mots et la complexité des émotions...

Mamouna Kabre Ouédraogo nommée conseiller technique du ministre délégué chargé de la sécurité

Précédemment en service au ministère de la sécurité comme point focal des opérations de maintien de paix, ce...