Contre les violences faites aux femmes, l’Union européenne sensibilise via le 7e art

Date:

Partager

Dans l’élan des 16 jours d’activisme contre la violence à l’égard des femmes et des filles, l’Union européenne au Burkina en collaboration avec l’association Taafé Vision a organisé une séance de projection de films suivie de panel, ce jeudi 30 novembre 2023, à Ouagadougou.

Dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les Violences basées sur le Genre, lancés le 25 novembre 2023, les activités ne cessent de se succéder. Ainsi, une projection-débat de deux courts métrages à savoir « Le poids du déshonneur » et « Kanu » à canal Olympia de Ouagadougou a eu lieu. L’ambassadeur désigné de l’Union européenne au Burkina, Daniel Aristide a fait le bilan des cas de VBG pris en charge à leur niveau. Il s’agit de onze mille cas (entre 2019 et 2023) et plus de trois millions de personnes sensibilisées. Selon l’ambassadeur, les 16 jours d’activisme sont l’occasion non seulement de sensibiliser à la question des violences de genre mais aussi de se mobiliser à la prévention des violences et la prise en charge des victimes.

L’ambassadeur désigné de l’Union européenne au Burkina, Daniel Aristide

Le représentant de la patronne de la cérémonie, Sacré Moussa Sawadogo a rappelé quelques actions mises en place par son ministère de tutelle en faveur de la lutte contre ces violences. On note la mise en place des salles de prise en charge des victimes de VBG à Ouagadougou et à Tenkodogo ainsi que des centres de prises en charge des victimes. Il a ajouté que l’éradication de ce mal ne saurait se faire sans une franche collaboration des deux genres. Aussi, faut-il un renforcement de la prise en charge.

Sacré Moussa Sawadogo

Après la visualisation des deux courts métrages, place aux échanges avec les panélistes. Chacun à son tour a remercié la mobilisation du public à cette activité. Au cours de ces échanges, il ressort que les artistes ainsi que les cinéastes doivent être pédagogiques quant au traitement des thèmes sur la violence à l’égard des femmes en touchant aux quatre acteurs.

Ce sont les acteurs d’interpellation, les acteurs de résolution, les acteurs de dissuasion et les canaux de sensibilisation. Pour la panéliste Marie Poda Sama, responsable de la clinique juridique de l’association des femmes juristes du Burkina Faso, les artistes sont les acteurs clés pour pouvoir booster l’information.

La cérémonie est placée sous le haut-patronage de la ministre de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre et de la famille, Nandy Diallo Somé.

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...