FIDO 2024 : La promotrice annonce les couleurs de la 12e édition

Date:

Partager

La 12e édition du Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) se tient du 20 au 27 janvier 2024 dans la capitale burkinabé sous le thème « Identité ». 15 pays prennent part à ce rendez-vous culturel.

 Pour la 12e édition, le Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) posera ses valises au Centre de Développement chorégraphique (CDC) La Termitière pour tous les spectacles de danse, au Grin des Arts Vivants pour les masters-class et à Yam Ni Yam K au quartier kamsonghin.

Selon la promotrice de l’évènement Irène Tassembédo, le FIDO est un festival qui réunit les acteurs de la danse de nombreux pays pas spécialement burkinabé ou africain. « C’est un festival qui est ouvert et il y aura des compagnies de dance qui viendront de partout. Ils seront là pour partager leur danse avec nous. », a-t-elle déclaré.

Le thème retenu est identité. A ce sujet, Irène Tassembédo avance une raison. « Nous devons nous retrouver, nous devons rêver et savoir qui nous sommes parce qu’on balance de temps en temps. Il faut qu’on parte sur nos bases culturelles parce que nous avons tellement de richesses pas encore bien exploitées », a-t-elle expliqué au cours de la conférence de presse.

Les hommes de médias

Avec une entrée à prix réduite de 10001F, 28 compagnies (internationales et nationales)  venant du Brésil, du Canada, de la France, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de l’Italie, du Mali, de la RDC, du Sénégal, du Togo, et du Burkina Faso présenteront leurs créations tout au long de la semaine au CDC La Termitière.


Lire aussi : Wendpoyré Carine Yaogo : Une étudiante ambitieuse


 

Au menu de cette édition, des concerts-live au village du festival à kamsonghin avec des artistes chanteurs et musiciens tel que Tall Mountaga, Nourat, Awetou, Moïse Mouattara, etc. comme chaque année dans différents lieux de la capitale notamment au grand marché, dans les établissements scolaires, au Prytanée militaire du Kadiogo et à la Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). Le but est de porter la danse au-devant du public qui ne va habituellement pas au spectacle.

Le FIDO vise à promouvoir une danse d’expression plurielle, à développer un espace de rencontre, de création de transmission, de partage et de métissage des cultures, accueillant des formes et des techniques très variées dans le champ de la danse.

Abdoulaye Ouédraogo

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...