« La Violence basée sur le Genre commence parfois avant la naissance »Aïcha Hierbine Palé, spécialiste en droits de l’enfant

40
Aïcha Hierbine Palé,
Aïcha Hierbine Palé, spécialiste en droits de l’enfant tire la sonnette d’alarme sur les inégalités liées à la Violence basée sur le Genre

Le genre est un concept qui se définit de plusieurs manières selon les écoles. Cependant, nombreux sont ceux qui assimilent cette notion au sexe féminin ou masculin. Dans cet article, Aïcha Hierbine Palé, spécialiste en droits de l’enfant tire la sonnette d’alarme sur les inégalités liées à la Violence basée sur le Genre (VBG) et son impact sur l’éducation des enfants.

La Violence basée sur le Genre peut se définir comme le fait de vouloir imposer quelque chose à un individu par rapport à ce que la société dit de lui. Il faut préciser que dans la VBG, l’individu ne subit pas la violence parce qu’il a fait forcément quelque chose de répréhensible. Non. Il la subit juste pour qui, il est : une femme/fille ou un homme/garçon.

La VBG peut prendre plusieurs formes et elle ne commence pas uniquement à l’âge adulte. En effet, la VBG commence dès le jeune âge d’un individu et parfois avant même sa naissance. Aujourd’hui, avec l’évolution de la science, les parents ont la possibilité de connaître le sexe de leur enfant avant sa naissance et la VBG commence ou peut commencer dès cet instant.

Des parents se plaisent à acheter assez de vêtements de couleur bleue et à peindre la chambre de leur futur bébé avec la couleur bleue parce qu’il est de sexe masculin et, selon les stéréotypes, la couleur bleue est la couleur qui sied avec les enfants de sexe masculin.

Ils sont encore nombreux ces parents qui refusent une poupée à un enfant parce qu’il est de sexe masculin, parce que selon eux et la société, en lui donnant cette poupée, il sera efféminé. Pourtant, selon toujours ces stéréotypes sociétaux, le garçon doit être fort, courageux, posséder des jouets comme une arme, une fusée, une voiture, une mobylette et j’en passe.

Certains parents refusent de donner une fusée, une routière sous la forme d’un jouet à un enfant de sexe féminin, qui pourtant voulait ce jouet, juste parce qu’elle est de sexe féminin et parce que selon les standards sociétaux, la fille doit plutôt jouer avec une poupée, des ustensiles de cuisine, tout ce qui a un lien avec la gestion de la famille, la maternité etc.

Combien sont ces parents qui refusent encore que leur fille fasse une formation scientifique au profit d’une formation littéraire juste parce qu’elle est une fille et parce que selon les stéréotypes, une fille doit mener telle activité au lieu de telle autre ?

Des parents refusent encore que leur garçon prenne une serpillière pour nettoyer la maison parce que selon eux/ la société, le ménage est un travail réservé au sexe féminin

Lire la suite de l’article  https://familleetcnv.family.blog/2023/01/19/la-violence-basee-sur-le-genre-commence-des-le-jeune-age-dindividu-et-parfois-avant-meme-sa-naissance/

Laissez votre commentaire ici !