Interpellation du LCL Evrad SOMDA : Son épouse Djamila invite les auteurs à  garantir son intégrité physique et morale

Date:

Partager

Selon Djamila SOMDA, les investigations auprès du tribunal militaire n’ont révélé aucun ordre tendant à l’arrestation du Lieutenant-Colonel Evrard SOMDA. Pourtant, depuis le dimanche 14 janvier 2024 autour de 18h50, son époux interpelé, n’a plus donné signe de vie. Face à ce silence inquiétant, elle exprime son désarroi dans cette déclaration en date du vendredi 19 janvier dans Lefaso.net.

Découvrez ladite déclaration :

Ouagadougou le vendredi 19 janvier 2024

Je me présente, je suis Djamila SOMDA, épouse du Lieutenant-Colonel Evrard SOMDA.

En premier lieu, je souhaite m’excuser auprès de la hiérarchie militaire pour la prise de parole de ce jour, qui s’impose à moi en ma qualité d’épouse du LCL Evrard SOMDA.

Ensuite, je remercie la famille de ne s’être pas opposée à cette prise de parole, car le connaissant, mon époux n’aurait pas validé, ne souhaitant pas mêler sa famille à des affaires militaro-militaires.

Toutefois, le dimanche 14 janvier 2024 autour de 18h50, le sujet a fait irruption dans notre cadre familial avec les conséquences qui s’en suivent.

C’est le cœur meurtrie d’une épouse et choquée par les évènements récents, qui souhaite protéger sa famille et rassurer ses enfants que leur père va bien vu les conditions de son interpellation.

Mon époux le LCL Evrard SOMDA, a été extrait manu militari par des hommes armés non identifiés en ma présence et celle de nos enfants de 7 et 9 ans qui ont été très choqués et n’oublieront pas de si tôt ce triste épisode. Il a été emmené vers une destination inconnue, sans mandat judiciaire et sans explications si ce n’est : « Mon Colonel, nous avons reçu l’ordre de vous amener ». Mon époux n’a opposé aucune résistance, bien au contraire, il n’a eu cesse d’exhorter les uns et les autres au calme.

L’objet de ma prise de parole tient à l’évènement du 14 janvier 2024 qui reste extrêmement choquant pour mes petits enfants et moi-même. À ce jour, aucune communication officielle n’a été faite, ni sur cet acte, ni sur les raisons encore moins les auteurs.

Cela fait bientôt une semaine que nous sommes sans nouvelles de mon époux. Une semaine que je peine à trouver le sommeil, que les enfants m’assaillent de questions auxquelles j’ai du mal à imaginer des réponses. Les investigations auprès du tribunal militaire n’ont révélé aucun ordre tendant à l’arrestation du Lieutenant-Colonel Evrard SOMDA.

Cette situation en même temps qu’elle suscite une crainte légitime pour sa sécurité constitue une source d’inquiétude et d’angoisse pour sa famille et ses proches.

Aussi, nous venons porter à la connaissance de l’ensemble des burkinabé, cette situation difficile pour la famille, dans l’espoir d’obtenir dans les plus brefs délais des nouvelles du Lieutenant-Colonel Evrard SOMDA. J’invite les auteurs de cet acte, à prendre toutes les diligences nécessaires afin de garantir son intégrité physique et morale, ainsi que le respect de ses droits.

En rappel, mon époux a déjà été entendu aussi bien par le parquet militaire que par un juge d’instruction militaire sur convocation. Il a toujours montré sa disponibilité, en tant qu’agent d’application de la loi, à répondre à toute convocation judiciaire. Nul n’est au dessus de la loi, dit-on. Si mon époux s’est rendu coupable d’une infraction, je souhaite qu’il puisse répondre conformément à la loi avec l’observation des garanties procédurales. Mais de toute évidence et vu les circonstances de son interpellation, son arrestation du 14 janvier 2024 est étrangère à toute procédure judiciaire.

Paix et Sécurité au Burkina Faso. Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

Djamila SOMDA

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

“Une si longue lettre”:Les mots un moyen pour résister et se reconstruire

Pour cette nouvelle rubrique dédiée aux récits féminins, “Une si longue lettre”, écrit par la talentueuse auteure sénégalaise...

L’Alliance des Femmes des Etats du Sahel créée en guise de soutien aux dirigeants de l’AES

L’alliance des femmes des Etats du Sahel a vu le jour le dimanche 3 mars 2024 à Ouagadougou,...

Ouahigouya : Les Sapeurs-Pompiers sauvent un nouveau né de sexe féminin abandonné

Les Sapeurs-Pompiers de la Quatrième Compagnie d’Incendie et de Secours sont intervenus, ce jeudi 29 février 2024, pour...

L’association Neerwata voit le jour pour l’épanouissement des jeunes filles et des femmes

L’association Neerwata a connu le lancement officiel de ses activités le samedi 2 mars 2024 dans la région...