« Les vœux, même les meilleurs, ça ne coûte rien. Alors, allez-y ! » L’abbé Hervé Nassa

Date:

Partager

Les fidèles catholiques ont célébré la solennité de Marie, ce 1er janvier, premier jour du nouvel an. A la paroisse Notre Dame des Apôtres de la Patte d’oie, à Ouagadougou, l’abbé Hervé Nassa a invité chaque fidèle d’où qu’il soit à placer sa confiance en Dieu et à travailler à la contribution d’une paix durable au Faso.

A chaque nouvel an, formuler des vœux à l’endroit de son prochain est devenu une coutume pour bon nombre de personnes et chacun s’y met. En effet, selon l’abbé Hervé Nassa, les vœux et souhaits que l’on se répète chaque année sont de plus en plus vus par certaines personnes comme de simples formalités, d’autant plus qu’au fil des ans, loin de s’améliorer, les choses de la vie semblent aller de mal en pis. « À tel point que dans le contexte de crise que nous traversons depuis quelques années, certains se gardent de souhaiter bonne année et préfèrent dire, bon courage !  Ce matin, je voudrais qu’au seuil de la nouvelle année 2024, que nous nous souhaitions vraiment, les uns les autres, de bons vœux, des vœux sincères, cordiaux, très cordiaux, fervents, très fervents… Les cadeaux, ça peut coûter cher. Les vœux, même « les meilleurs », ça ne coûte rien, alors, s’il vous plaît ! Allez-y ! », a-t-il indiqué.

Il a fait remarquer qu’en ce moment même, à certains endroits, c’est au son des bouchons de champagne et des feux d’artifices que l’on célèbre l’arrivée de l’année 2024. Par contre, à d’autres endroits, c’est dans les crépitements des armes et dans les larmes que l’année 2023 ferme ses portes.

« C’est pourquoi, 2023, je te l’ordonne par la toute-puissance du Dieu saint, va-t-en avec tes soucis, ton insécurité, tes blessés et tes décès ! Emporte, s’il te plaît avec toi, tes maladies et des peines !  Va-t-en avec la faim, les guerres et les malheurs, avec tout ce qui cause la tristesse dans notre pays et dans le monde ! Et laisse-nous, une vie plus abondante ! Laisse-nous entreprendre l’année 2024 dans la joie, la paix…, le bonheur et la confiance », a-t-il souligné.

En ce jour marquant la journée mondiale de la prière, l’homme de Dieu a exhorté chaque personne, à prier pour la paix, la fin du terrorisme, de la faim, des guerres, des malheurs et tout ce qui cause la tristesse dans le monde et au Burkina Faso.

En cette nouvelle année 2024,  l’abbé Nassa invite chacun.e à avoir une vie intérieure authentique qui lui permette de progresser dans les vertus, dans la relation aux autres et dans l’amour. « Là où manque l’intériorité, la vie devient superficielle et ne réussit pas à dépasser les difficultés, les conflits et les tensions. Au contraire, là où l’intériorité domine, Dieu donne la force pour dépasser les contrariétés », a-t-il relevé.

Il les a également invités à avoir une confiance profonde en Dieu et en Marie, cette mère modèle, qui nous aide chaque jour à progresser dans la charité filiale et fraternelle.

Avant de clore la messe, il a remercié les forces de défense et de sécurité qui, depuis le 24 décembre ont marqué leur présence sur les lieux afin de veiller au bon déroulement des fêtes et des différentes activités.

Françoise Tougry

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Burkina Faso : La ministre en charge de la Femme tchadienne rend hommage aux tisseuses de l’UAP – GODE

La ministre d'État, ministre de la Femme et de la Petite enfance du Tchad, Amina Priscille Longoh, a...

Centre-Est :  le 08 mars s’annonce souriant pour les femmes

Une équipe de la Direction régionale de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre...

“Mots et Maux de femme”, votre nouvelle rubrique à partir du vendredi 4 mars

“Mots et Maux de femme”,  un titre qui évoque la puissance des mots et la complexité des émotions...

Mamouna Kabre Ouédraogo nommée conseiller technique du ministre délégué chargé de la sécurité

Précédemment en service au ministère de la sécurité comme point focal des opérations de maintien de paix, ce...