Mariem Haidara, une photographe passionnée

Date:

Partager

Mariem Haidara, jeune mauritanienne vit sa passion, la photographie. Une activité qui, selon elle, nourrit son homme à condition de s’y investir pleinement.  Actuellement, Mariem travaille avec Financial Afrik, un organe de presse.

Mariem Haidara est photographe, scénariste et cadreuse. En 2021, elle a été élue miss university Africa Mauritania, au Nigéria.

 Après avoir échoué au baccalauréat, elle a suivi une formation continue des ateliers cinéma puis, de l’autodidaxie sur l’audiovisuel, la photographie, etc. Elle a, de plus, bénéficié d’une formation en ligne et en présentiel sur le Motion Design.

« Au début, je le faisais juste pour y gagner quelque chose », justifie-t-elle. Mais, avec le temps, cette activité génératrice de revenus s’est transformée en une véritable passion. Passion qu’elle vit au gré du dynamisme et professionnalisme.

Pour Mariem, la photographie est un métier à double tranchant car étant jeune femme indépendante à faire ce travail réservé aux hommes n’est pas aisé. « Ça demande du courage, de la confiance en soi et du caractère. Pour certains, c’est beau de voir une femme photographe et pour d’autres, ils le voient autrement », regrette-t-elle.

—————————————————————————————–

Lire aussi : Rencontre avec Fayçal Idrissou Traoré, jeune photographe

—————————————————————————————–

A présent, Mariem est la fondatrice de Queen photography. Au regard de son expérience dans le domaine, elle compte organiser à l’avenir, une exposition de photographie. Peu importe que cela soit au plan national ou international.

Mariem exhorte les jeunes femmes qui souhaitent se lancer dans la photographie ou l’audiovisuel, à s’armer de confiance et de croire en leurs compétences. « C’est un métier passionnant que tout le monde peut faire, il suffit juste d’avoir un objectif clair et de se lancer », conclut-elle.

 Source Farafinainfo.com

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...