Message du Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la Journée mondiale contre le sida 2023

Date:

Partager

La Journée mondiale du sida arrive à un moment décisif.

Les décès liés au sida ont chuté de près de 70 % depuis 2004, année la plus meurtrière, et le nombre de nouvelles infections à VIH est au plus bas depuis les années 1980.

Pourtant, aujourd’hui encore, chaque minute, une personne meurt du sida.

Nous pouvons – et nous devons – mettre fin à la menace qu’il fait peser sur la santé publique d’ici à 2030. 

Pour atteindre cet objectif, il faut mettre en application le thème de cette année et  « confier le leadership aux communautés ».

C’est grâce à elles qu’il sera possible d’éliminer le sida.

Et ce, qu’il s’agisse d’accéder aux traitements, aux services et au soutien nécessaires ou de militer sur le terrain pour que toutes les personnes puissent exercer leur droit à la santé.

C’est en soutenant celles et ceux qui sont en première ligne que nous gagnerons la lutte contre le sida.

Le leadership des communautés doit donc être au cœur de tous les plans, programmes et budgets et de toutes les activités de suivi en lien avec le VIH.

Nous devons également lever les obstacles à ce leadership et faire en sorte que les groupes locaux de la société civile puissent avancer dans leur travail essentiel.

Plus que tout, nous avons besoin de financements.

La lutte contre le sida dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire souffre d’un déficit de 8 milliards de dollars par an.

Il faut notamment accroître le financement des programmes locaux menés par des personnes vivant avec le VIH ainsi que celui des initiatives de prévention conduites par les communautés.

Le sida n’est pas invincible.

Finissons le travail : aidons les communautés à mettre fin à ce fléau dans leurs quartiers, dans leurs pays et dans le monde entier.

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...