Saint Valentin :  Une opportunité pour pimenter sa vie de couple

Date:

Partager

Saint Valentin, fête de l’amour, fête des amoureux. Considérée comme un évènement majeur dans la vie de certaines personnes, à deux jours de l’évènement, les citoyens se sont exprimés, ce lundi 12 février 2024, à Ouagadougou.

Dans moins de 48h, la capitale ouagalaise sera animée du fait, de la Saint valentin. Safia Ouédraogo, invite les hommes à dorloter leurs épouses à travers la saint-valentin. A l’en croire, la femme a toujours besoin d’attention et de se sentir aimée par son homme. « Je pense que ce jour spécial qui est la journée de l’amour est un plus pour l’homme, de montrer à sa femme que malgré les hauts et les bas, l’amour demeure même s’il ne le déclare pas chaque jour », a-t-elle souligné.

Safia Ouédraogo, ouagalaise

Selon cette dernière, la communication est la base d’un foyer épanoui et cela se construit chaque jour et surtout, à deux.  L’effort doit venir des deux conjoints pour l’harmonie du foyer et il faut vivre unis, soudés, se respecter à l’occasion de la saint-valentin. A la question de savoir ce qu’elle a prévu pour son homme, Safia répond : « Franchement, je ne sais pas d’abord. Mais, je verrai ».


Lire aussi :

La saint Valentin : quelle est l’origine de cette « fête des amoureux » ?


Pascal Nikièma est célibataire.  Il n’a pas l’idée de se faire une partenaire au regard de sa situation économique. Cependant, il trouve que la Saint Valentin est un canal de solidification d’amour dans la vie de foyer, de par le plaisir qu’elle apporte. « Je suis sans âme-sœur. Mais, la Saint Valentin contribue au renforcement de la vie de couple. C’est une manière de se rappeler de l’importance que l’un et l’autre a, en célébrant cette fête », a-t-il déclaré.

Pascal Nikièma

Selon Pascal, la Saint Valentin est d’ailleurs, une opportunité pour les hommes de faire des sortie-détentes avec les femmes qui partagent leurs vies.  « Même si vous allez juste, aller consommer une coupe-boisson, ça peut beaucoup aider », a-t-il affirmé avec un air jovial.

Il entend améliorer sa situation économique avant de se jeter dans le bain des roses qu’est la Saint Valentin. « Je suis un peu plus concentré sur mon boulot parce que si je dois sortir avec une femme, il faut que j’empoche suffisamment d’argent pour éviter la honte. C’est-à-dire, une somme qui puisse couvrir les besoins de celle qui partage sa vie avec moi », a-t-il clarifié.

Alors que le 14 février est une opportunité pour consolider l’amour et le mariage pour de nombreuses personnes, c’est tout le contraire chez Daouda Yanda, en couple depuis plus de 10 ans.

Daouda Yanda

Pour lui, il n’est pas essentiel de célébrer la saint-valentin. « Elle est sans intérêt pour moi. Je vois la Saint Valentin comme une opportunité de gaspillage économique. Ma femme ne se plaint pas non plus parce qu’elle a tout ce qu’elle veut. Ma femme perçoit le Saint Valentin comme moi. Elle est telle que je suis », a-t-il laissé entendre.

Si votre femme, dit-il, vous aime et que vous aimez également votre femme, vous n’avez plus besoin de Saint Valentin parce qu’il n’y a plus rien à se prouver.


Lire aussi :

Saint Valentin : les « bons » et les « mauvais » cadeaux


 

Même si ce dernier ne voit pas d’intérêt à célébrer le 14 février, n’empêche qu’il accepte que d’autres le fassent. « Quant à ceux qui la célèbrent, c’est à chacun sa vie et je n’ai rien à suggérer à personne. Sinon que ce ne sont pas des fêtes à prendre au sérieux », a-t-il indiqué avant d’ajouter « Mais, une chose est sûre. La sommes que vous devez prendre mettre dans cette fête peut vous servir à faire quelque chose de plus important ».

Abdoulaye Ouédraogo

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...