Le Secrétariat technique du Centre national de la cinématographie et de l’audiovisuel (ST-CNCA) sous l’égide du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme a proclamé les résultats de la subvention de l’Etat à la production des Œuvres cinématographiques et audiovisuelles. Cette subvention entre dans le cadre de l’appel à projets pour le FESPACO 2023. La cérémonie s’est déroulée ce jeudi 8 décembre 2022.

142 projets ont été soumis et 47 ont été retenus dans 12 catégories. « Un appui exceptionnel à hauteur de 1 500 000 000 FCFA est accordé pour l’accompagnement des acteurs du monde cinématographique », a indiqué le Ministre Délégué Chargé du Budget. Le soutien de l’Etat vise à contribuer à une croissance numérique et qualitative de la production cinématographique et audiovisuelle nationale en vue d’une bonne représentativité au FESPACO 2023.

Rimtalba Emmanuel Ouédraogo, Ministre de la Communication, de la Culture et des Arts

10 femmes ont bénéficié de la subvention. Parmi elles, Chloé Aïcha Boro est la seule réalisatrice qui reçoit la subvention de deux films, « Président Baba »  pour 10 millions FCFA et « Al Djanat », 10 millions FCFA.

Le comité observe qu’en dépit des qualités cinématographiques du projet « Président Baba » de la réalisatrice Chloé Aïcha  Boro, le contenu du récit pose des  problèmes d’éthique et est susceptible de porter atteinte à l’image de certaines personnalités politiques et susciter une polémique qui pourrait fragiliser la cohésion sociale.

Appoline Traoré en post-production reçoit la subvention 50 millions pour « Sira », sur  200 millions sollicités. C’est le plus gros montant alloué aux femmes.

En production long métrage fiction, Alimata Ouédraogo reçoit 20 millions pour son film « ça suffit » et Kady Traoré, 15 millions FCFA pour « Elle l’a bien cherché ».

En production court métrage fiction, « Une si longue nuit » de Delphine Yerbanga est subventionné à 10 millions  et « Moi, Djim » de Carine Kaguéréou, 5 millions FCFA.

En fiction court métrage, « Une si longue attente » d’Habibou Zoungrana néccesite 4 millions francs. Quand à Éléonore Yaméogo, « Le galop » documentaire long métrage coûtera 15millions francs.

Dans la catégorie de production télévisuelle, au 1er rang, « Bienvenue à Kikideni »  d’Aminata Diallo Glez d’un coût de 20 millions, suivi de « Ma patrie » d’Adjaratou et Alii, 5millions FCFA.

Les différentes catégories telles que long métrage documentaire, long métrage animation, court métrage documentaire, documentaire court métrage, série TV et animation n’ont enregistré aucune femme bénéficiaire.

Laissez votre commentaire ici !