‘’Thomas Sankara était un homme de parole’’, Abdoulaye Barry maroquinier

Date:

Partager

30 ans après sa disparition, le père de la Révolution burkinabè Thomas Sankara demeure toujours dans le cœur des burkinabè. Pour avoir avoir été l’un des rares présidents africains à mettre la femme au cœur de sa politique, votre magazine Queen Mafa entend lui rendre hommage à travers une série de reportages et d’interviews. Aujourd’hui nous sommes chez Abdoulaye Barry, maroquinier à Dassasgo.

Bien que fragilisé aujourd’hui par l’âge, Abdoulaye Barry se rappelle de la période révolutionnaire comme si c’était hier. C’est avec grande émotion qu’il revit cette époque, trente ans après.

La prise de pouvoir de Thomas Sankara m’a trouvé à Ouagadougou. La période révolutionnaire nous a fait peur au début mais, par la suite nous avons compris ce que voulait Thomas Sankara et nous avons été convaincus de ses actes. Il voulait changer le pays en amenant les gens à travailler pour son développement.  Il avait l’amour de sa patrie, qui aimait son peuple sans distinction d’ethnies. Thomas Sankara unissait toutes ethnies et ne recherchait que la paix. Il n’aimait pas la trahison.

 

 En son temps, les femmes étaient honorées. Thomas Sankara refusait de les voir exercer des métiers qui rabaissaient comme la prostitution.

 

Grâce à ses efforts, le Burkina a lié amitié avec des pays de la sous-région.  C’est par exemple le Ghana, le Togo, le Mali, la Côte d’Ivoire.  Il encourageait les jeunes à rester au pays au lieu de migrer vers d’autres contrées et investir pour son développement.

Bien que son règne fût court, il a réussi à faire émerger le Burkina. Il a réalisé de grandes constructions, il faisait la promotion des services sociaux de base comme la santé, l’éducation, l’alimentation et refusait de s’endetter. Il encourageait plutôt son peuple à travailler pour lui-même ; car c’est uniquement de la sorte qu’on acquerrait notre indépendance.

 En son temps, les femmes étaient honorées. Thomas Sankara refusait de les voir exercer des métiers qui rabaissaient comme la prostitution. Il avait d’énormes projets pour leur autonomisation financière et n’a malheureusement pas pu tout réaliser à cause de sa mort. Mais, je sais qu’il les aurait réalisées s’il n’était pas parti sitôt, parce que Thomas Sankara était un homme de parole.  C’est tout ce qu’il avait prédit ou envisageait qu’on vit présentement.

                                                                                                                 Assétou MAIGA

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

“Une si longue lettre”:Les mots un moyen pour résister et se reconstruire

Pour cette nouvelle rubrique dédiée aux récits féminins, “Une si longue lettre”, écrit par la talentueuse auteure sénégalaise...

L’Alliance des Femmes des Etats du Sahel créée en guise de soutien aux dirigeants de l’AES

L’alliance des femmes des Etats du Sahel a vu le jour le dimanche 3 mars 2024 à Ouagadougou,...

Ouahigouya : Les Sapeurs-Pompiers sauvent un nouveau né de sexe féminin abandonné

Les Sapeurs-Pompiers de la Quatrième Compagnie d’Incendie et de Secours sont intervenus, ce jeudi 29 février 2024, pour...

L’association Neerwata voit le jour pour l’épanouissement des jeunes filles et des femmes

L’association Neerwata a connu le lancement officiel de ses activités le samedi 2 mars 2024 dans la région...