Traque contre la corruption dans l’administration publique : Les grands chantiers du Chef de l’État

Date:

Partager

Ce 08 janvier 2024, à Ouagadougou, le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré a annoncé une traque contre les agents de l’administration publiques adeptes d’absentéisme et de corruption. Il s’est dit remonté contre certaines pratiques auxquelles, il compte mettre fin.

Le Président Traoré a indiqué que les efforts de la Transition seront axés cette année, sur la lutte contre la corruption et la lenteur administrative qui plombent parfois les actions du gouvernement. C’est au cours d’une rencontre d’échanges avec le personnel de la Présidence du Faso ainsi que des services rattachés sur le fonctionnement de l’institution et l’orientation de la Transition pour cette année 2024. « La lutte contre le terrorisme avance mais, il faut reconnaître qu’il y a certains volets sur lesquels les choses n’ont pas avancé ; c’est la corruption, la lenteur administrative. Il faut le reconnaître, les choses n’ont pas bougé à ce niveau parce que nous nous sommes donnés un temps pour sensibiliser et parler aux gens pour qu’ils comprennent, aussi bien au niveau de l’armée qu’au niveau civil », a soutenu le Chef de l’État.

le Président Ibrahim Traoré

Pour lui, la machine de la lutte contre la corruption a démarré pour cette année 2024 et la fermeté sera de rigueur sur les cas avérés de corruption et de laxisme dans l’administration publique. « Chacun doit faire la mission pour laquelle il a été recruté. Malheureusement, ce n’est souvent pas le cas et quand on veut licencier, les gens sortent les textes de partout. Vous ne pouvez pas prendre les textes des autres et venir appliquer à notre contexte », a ajouté le Capitaine Ibrahim Traoré qui s’est dit remonté contre certaines pratiques dans l’administration publique.

Le personnel de le la présidence du Faso et services rattachés

Il a dénoncé la propension à recruter systématiquement des cabinets pour des travaux relevant de la compétence et des obligations des cadres de l’administration publique. Selon le Chef de l’Etat, la plupart des cabinets recrutés ont généralement des connexions avec des acteurs de l’administration qui par des voies détournées, offrent leurs compétences en contrepartie d’une rémunération indue. « C’est du vol, c’est de la triche et on va mettre fin à ces pratiques », s’est-il indigné.

Le Président de la Transition a appelé à activer les conseils de discipline dans les différentes structures de l’administration pour que des sanctions soient prises à l’encontre des agents indélicats même si cela devrait aller jusqu’au licenciement.

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Burkina Faso : La ministre en charge de la Femme tchadienne rend hommage aux tisseuses de l’UAP – GODE

La ministre d'État, ministre de la Femme et de la Petite enfance du Tchad, Amina Priscille Longoh, a...

Centre-Est :  le 08 mars s’annonce souriant pour les femmes

Une équipe de la Direction régionale de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre...

“Mots et Maux de femme”, votre nouvelle rubrique à partir du vendredi 4 mars

“Mots et Maux de femme”,  un titre qui évoque la puissance des mots et la complexité des émotions...

Mamouna Kabre Ouédraogo nommée conseiller technique du ministre délégué chargé de la sécurité

Précédemment en service au ministère de la sécurité comme point focal des opérations de maintien de paix, ce...