VBG : L’appel de la ministre ivoirienne de la femme, de la famille et de l’enfant

Date:

Partager

A l’occasion de la commémoration de la 33e édition des 16 jours d’activisme, la ministre ivoirienne de la femme, de la famille et de l’enfant appelle à une synergie d’action afin de mettre fin aux violences faites aux femmes a noté le journal d’Abidjan.

Pour son appel à la synergie d’action afin de mettre fin aux violences basées sur le genre, la ministre Nassénéba Touré a indiqué que pour l’année 2022, le système de collecte nationale a enregistré 7 919 cas de violences rapportées et pris en charge.

 D’où l’intérêt pour la nation et pour tous les citoyens de mener la lutte contre les violences et discriminations à l’égard des femmes et filles.

Selon la ministre, la violence basée sur le genre représente une cause qui ne devrait pas laisser de place à la neutralité, tant elle impose un seul choix : celui de l’engagement et de l’action.


Lire aussi : Les « Elles du Sahel » appellent à prendre des mesures urgentes pour éliminer les violences faites aux femmes


De même, elle a ajouté que la Côte d’Ivoire s’est engagée, à divers niveaux, dans la lutte contre ces actes de violence et a traduit ses engagements par la ratification de nombreux instruments internationaux et régionaux relatifs à la promotion des droits de l’homme, de l’égalité des sexes.

Malgré les acquis et les efforts consentis par l’État de la Côte d’Ivoire avec l’appui de ses partenaires au développement, la question des violences à l’égard des femmes est encore d’actualité.

Elle a conclu en invitant toutes les couches de la société à fédérer leurs efforts pour mettre fin à toutes formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

 

 

 

 

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...