CAN 2023 : La coupe, une dette à payer pour les étalons du Burkina Faso

Date:

Partager

Les étalons du Burkina Faso signent leur entrée, soit leur 13e participation à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) face à la Mauritanie, au stade de Bouaké, ce 16 janvier 2024. Entrainés par le technicien français Hubert Velud, les attentes sont énormes et ils doivent répondre présents, selon certains citoyens rencontrés, ce vendredi 12 janvier 2024 dans la capitale Ouagalaise.  

La 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ouvre ses portes, ce samedi 13 janvier 2024, en Côte d’Ivoire. Au Burkina Faso, tous les regards sont tournés vers cet évènement d’envergure internationale. En effet, de nombreux citoyens et amoureux du ballon rond attendent une participation active des étalons, au Pays de Didier Drogba.

Souleymane Pafadename est un amoureux du football. Pour lui, les étalons peuvent ramener la coupe et c’est le souhait de tous les burkinabé. « Tout dépendra de l’effort qu’ils vont fournir tout au long de leur participation à cette 34e édition de la CAN. Sinon, ils peuvent compter sur nous pour les prières. Mais, le dernier mot leur appartient depuis la Côte d’Ivoire », a-tranché ce quadragénaire.

Souleymane Pafadename

 Il demande aux étalons, une forte concentration sur la compétition pour le bonheur du peuple burkinabé.  « Ce qui conduit très souvent nos hommes à l’échec, c’est leur manque de détermination. Ils ont souvent tendance à relâcher alors que ce sont des comportements que le football ne pardonne pas. Si vous vous retrouver bien lancés, vous devez continuer dans ce sens et tant que l’objectif n’est pas atteint, vous ne devez rien lâcher », a-t-il recommandé.

Eliane Compaoré, restauratrice

Fervente supportrice des étalons, Eliane Compaoré, restauratrice, recommande de la rigueur dans le travail de Hubert Velud et ses hommes. « J’attends plus de leur part à cette CAN surtout, un peu plus de notre capitaine Bertrand Traoré. Je le dis parce que je le trouve assez talentueux et il doit nous offrir pleines de choses », a laissé entendre cette jeune supportrice avec un air rassurant.

Alors qu’elle a pour idole le portier Hervé Koffi dans l’effectif du Burkina Faso, Eliana craint le pire en l’absence de ce dernier.  Dame Eliane souhaite le retour de celui qui, pour elle, est une source d’assurance dans les 11 de départ, le plus vite possible.

« J’adore Hervé Koffi et j’espère qu’il va retrouver ses cases d’ici là pour le bonheur des burkinabé que nous sommes. Avec lui au poteau, j’ai confiance et c’est toute une sérénité garantie », a déclaré Eliane Compaoré avant de remercier   tous ceux qui se sont rendus en Côte d’Ivoire au nom des étalons. « Que Dieu les bénisse et qu’ils nous reviennent avec la coupe dans les bras !» a-telle souhaité.

Mohamed Derra

Qui de mieux que Mohamed Derra pour croire aux victoires finales des étalons à cette coupe d’Afrique des Nations ? A en croire ce dernier, cette équipe des étalons est en Côte d’Ivoire pour ramener le trophée. « Certes, ils n’ont pas brillé lors de leurs récents matchs mais c’était les matchs amicaux. J’ai entendu des gens murmurer après le match face à l’Iran mais, ce serait tout le contraire avec les matchs de la CAN », a rassuré ce dernier avec une ferme conviction.


A (re)lire : CAN 2023 : Six femmes arbitres attendues au Pays de Didier Drogba


Tout comme son prédécesseur, Madi Zongo est confiant quant à la victoire des étalons. « En voyant cette équipe des étalons, je sens qu’elle est celle qui va nous offrir la victoire. Il y a des surprises, partout et les étalons vont nous offrir une incroyable surprise à cette 34e édition de la CAN. De nombreux burkinabé critiquent Hubert Velud mais, je me dis que si notre fédération a toujours confiance en lui et le laisse aller à la CAN, c’est qu’il y a bel et bien une raison. Même si la coupe nous échappe, nous aurons une place parmi les quatre premiers », a-t-il confié.

Madi Zongo

Il invite les burkinabé à s’unir, à s’engager derrière les étalons et à se passer des récentes sorties des étalons sur les pelouses. « S’il sont bons, tant mieux pour nous. Mais s’ils déconnent, c’est l’image de tout Burkina Faso qui se dégrade. Il n’y a donc pas lieu, de supporter une autre nation », a-t-il suggéré.

Abdoulaye Ouédraogo

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

“Une si longue lettre”:Les mots un moyen pour résister et se reconstruire

Pour cette nouvelle rubrique dédiée aux récits féminins, “Une si longue lettre”, écrit par la talentueuse auteure sénégalaise...

L’Alliance des Femmes des Etats du Sahel créée en guise de soutien aux dirigeants de l’AES

L’alliance des femmes des Etats du Sahel a vu le jour le dimanche 3 mars 2024 à Ouagadougou,...

Ouahigouya : Les Sapeurs-Pompiers sauvent un nouveau né de sexe féminin abandonné

Les Sapeurs-Pompiers de la Quatrième Compagnie d’Incendie et de Secours sont intervenus, ce jeudi 29 février 2024, pour...

L’association Neerwata voit le jour pour l’épanouissement des jeunes filles et des femmes

L’association Neerwata a connu le lancement officiel de ses activités le samedi 2 mars 2024 dans la région...