Le centenaire des Sœurs de l’Immaculée conception, une fenêtre ouverte à l’autonomisation des femmes

Date:

Partager

Du 07 au 10 février 2024 à Ouagadougou, se tient une foire, dans le cadre de la célébration du centenaire des sœurs de l’Immaculée Conception. Les femmes n’ont pas voulu se faire conter l’évènement.

Elles sont nombreuses à prendre part à cette foire notamment Fati Ilboudo, Sylvie Yaméogo et Roseline Sawadogo Ouédraogo. La promotrice de l’entreprise Para Médicalis, Fati Ilboudo et ses collaborateurs participent depuis cinq ans aux foires des sœurs. Elle propose aux clients, des équipements paramédicaux qui sont des équipements de santé que l’on peut avoir sur ordonnances et d’autres, ne le sont pas nécessairement. Ce sont entre autres, des équipements pour les contentions veineuses, bas de contentions que ce soit pour des modèles chaussettes, des genouillères, des chantaillons lombaires, des colliers de décharge pour le cou…. « Nous avons amené une innovation qui est un peu, le mal du siècle pour les femmes qui souffrent du cancer du sein. Nous avons donc envoyé des prothèses mammaires en silicone externe pour donner de la dignité aux femmes qui se retrouvent avec malheureusement un seul sein », a-t-elle expliqué, fièrement.

Promotrice de Nantou Zaka, entreprise spécialisée dans la production de linge de maison, Sylvie Yaméogo, expose des paniers malgaches et des housses de coussins faits 100% à la main. Les housses utilisées pour le canapé et le lit varient entre 3000 FCFA et 10 000 FCFA.

Sylvie Yaméogo, exposante

Impressionnée par la foire, elle dit être ravie de faire partie des exposants aux activités du centenaire des sœurs. « On a été exclusivement invitée et nous travaillons depuis très longtemps avec la communauté catholique en l’occurrence les sœurs. C’est déjà un honneur de participer en tant qu’exposante et d’avoir été invité. Cela est en quelques sorte un renouvellement de partenariat pour dire qu’elles sont ravies du travail que nous abattons », a-t-elle affirmé.

Rosy groupe international est une structure d’épicerie dirigée par Roseline Sawadogo Ouédraogo. Elle déclare être, impressionnée par la qualité des produits de la foire. Conserves de légumes, conserves de purée de légumes, de carottes, de haricot vert, d’oseille, des feuilles fraîches, des assaisonnements, des épices et de la confiture sont les spécialités que propose cette femme. La particularité de ses produits, ils sont faits à base de produits locaux et prêts pour la consommation.

Roseline Sawadogo Ouédraogo, exposante

Des exposantes satisfaites

Pour Fati Ilboudo, la foire profite à toute la population et pas seulement à la classe religieuse catholique et les sœurs. Seulement je déplore, a-t-elle déclaré, que la fête ne soit pas grandement vulgarisée au regard de son impact.

« Il y a tellement de choses dont la population aurait pu grandement profiter. Il y a des produits phytosanitaires qui sont là et vous n’êtes pas sans savoir que la pharmacopée est très prisée au niveau des sœurs », a-t-elle renchéri.

Fati Ilboudo pense que ce genre d’exposition est une belle occasion pour encourager les artisans locaux et pourquoi pas de découverte, parce que en découvrant très souvent, l’on trouve son bonheur.

A l’image de Fati Ilboudo, Sylvie Yaméogo, salue le partenariat avec les sœurs, qu’elle qualifie de belles âmes. « Il y a du monde qui passe, qui apprécie ce qu’on propose. Donc, nous sommes fières d’être là. Nos clients sont les africains en général et plus particulièrement, les burkinabè » a-t-elle laissé entendre d’un air jovial.

Elle encourage les sœurs à organiser ce genre d’activités dans les églises afin de permettre, de les connaître autrement. « Si c’est à refaire, je n’hésiterai pas. Dans ce cadre, tu réalises que ce sont des personnes très intéressantes, accessible, très gentille et joyeuse » clame-t-elle.


Lire aussi : Religion : Les sœurs de l’Immaculée Conception reçoivent, à titre exceptionnel, la médaille de l’ordre de l’Étalon


 

A en croire Roseline Sawadogo Ouédraogo, ses articles sont bien appréciés et connus à l’extérieur et la foire est une opportunité pour elle, de se faire mieux connaître au Burkina Faso. « Pour ce qui est au Burkina, nous sommes en train de conquérir le marché local. Ce qui fait que à chaque fois qu’il y a une foire ou une marchande, et que nous sommes sûr de l’engouement que cela va avoir, nous sommes prêts à aller exposer. Histoire de nous rapprocher d’avantage du client et de nous faire plus de visibilité », soutient-la promotrice qui traduit de la reconnaissance aux organisateurs de la foire.

 « Nous sommes déjà satisfaits de l’engouement autour de la foire. Il y a de nombreux visiteurs, acheteurs et les gens sont impressionnés par la qualité de nos produits. Les prix varient entre 800 FCFA et 6000 FCFA », a-t-elle conclu.

Abdoulaye Ouédraogo  

Arouna Romba

Laissez votre commentaire ici !

spot_img

Articles similaires

Corruption dans le football féminin : les confidences de deux joueuses ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, le football féminin peine à prendre son envol économique. Corruption, exploitation des ressources humaines et...

Maîtresse Kadja, l’institutrice de « Zéro faute sur le méta »

Marie Kohi kock, dite maîtresse Kadja fait partie de ceux qui ont su utiliser les réseaux sociaux à...

Des décharges en plein centre-ville de Ouagadougou : A qui la faute ?

Autrefois, appelée Ouaga la belle, en raison de sa propreté remarquable grâce notamment à la brigade verte, surnommée...

Afrique : Table-ronde de haut niveau des femmes en Transitions politiques

Du 19 au 21 février 2024, la Ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale,...